10
déc

II. S.P.Q.R.

   Posted by: lfpncornelius   in

            Brutus et la création de la République

A la fin du VIème siècle, les sénateurs se rebellent contre les Tarquins. Selon Tite-Live, Lucius Junius Brutus fit alors voter une loi pour l’abolition du pouvoir royal, la Lex Junia de Tarquiniis exilio multandis. Mais en réalité, ce « Brutus » fut surtout mis en scène dans une pièce de théâtre de Lucius Accius (vers 140 av jc) qui fut très populaire, car elle affirmait la haine des Romains pour la royauté. 509 av jc est la date que les Romains considèrent comme celle de la fondation de la République. Cependant, cette date est célèbre pour une autre raison: c’est 13 septembre 509 que fut dédié le Temple de Jupiter Capitolin. Il fut inauguré par Marcus Horatius Pulvillus, qui obtenu cet honneur grâce à un tirage au sort. Le Temple de Jupiter affirme la puissance romaine, tout autant qu’il marque le début du comput de l’ère capitoline.

La construction du Temple de Jupiter

            La défaite des Romains et les légendes républicaines

Chassé de Rome, le roi Tarquin va se réfugier dans la cité de Clusium, où il demande asile au chef Porsenna. Ensemble, ils marchent sur Rome, dont la défense est assurée par le général Publius Valerius. Mais les Romains sont battus et Porsenna s’empresse alors d’abattre la muraille de Tarquin le Superbe. Cette défaite, les Romains l’ont détournée au travers d’épisodes tragiques. Ainsi, alors que les Etrusques sont près de détruire le Pont Sublicius, qui relie Rome à la rive gauche du Tibre, le soldat borgne Horatius Coclès réussit à s’enfuir à la nage pendant que des javelots s’abattent sur lui. Plus tard, lorsque Porsenna se trouve dans son camp, le jeune Gaius Mucius cherche à l’assassiner. Le roi étrusque convoque le Romain devant lui. Celui-ci plonge alors sa main droite dans le feu en lui disant que tous les guerriers de son peuple sont près à en faire autant. Impressionné, Porsenna relâche Mucius, qui se verra attribué du surnom de scaevola, le gaucher. Cependant, le roi étrusque conserve des otages romains, dont Claelia, une jeune romaine. Celle-ci parvient à s’enfuir en traversant le Tibre, ce qui lui vaut le statut d’héroïne.

Horatius Coclès

Après cette défaite, les Romains sont attaqués par les Latins. Le général Aulus Postumius Albinus les met en déroute à la Bataille du Lac Régille.

            La sécession de la plèbe

Après la mort de Porsenna (vers 494), Publius Valerius essaya de prendre le pouvoir en se faisant construire une solide villa en pierre au sommet d’une colline. Mais le peuple se révolta contre lui (vers 493) et Valerius fut obliger de s’incliner face au peuple. Il reçut alors le surnom de Publicola (ou Poplicola en vieux latin), c’est-à-dire « celui qui honore le peuple ». De Valerius, on a retrouvé un bloc de tuf enchâssé dans un vieux temple, le lapis satricanus, avec une inscription en vieux latin donnant le nom de Poplioso Valesioso offrant avec ses guerriers une dédicace au dieu Mars.

Valerius Publicola détruisant son fort

Selon la tradition, c’est à cette époque que les consuls furent alors créés, avec un élu du Sénat et un élu du peuple gouvernant Rome pour une année. Tout aspirant à la royauté sera déclaré sacer, c’est-à-dire maudit et condamné à mort. Des questeurs sont créés pour administrer le trésor public. Des tribuns de la plèbe sont élus pour défendre le peuple. L’alliance du peuple et du Sénat a été scellée par la nouvelle devise de Rome: SENATUS POPULUSQUE ROMANUS, soit « Le Sénat et le Peuple de Rome« . En réalité, ces réformes suivent de peu ce qui s’est passé à Athènes en 508, lorsque Clisthène instaura la démocratie. Ces réformes populaires s’imposaient car Rome avait besoin de tous ses soldats pour lutter contre ses peuples voisins. En 493, Gaius Marcius prend la cité Volsque de Corioles, ce qui lui vaut le surnom de Coriolanus. Cependant, Coriolan est en désaccord avec le peuple et il doit s’exiler. Il finit par haïr Rome et lui livrer la guerre avec ses anciens ennemis volsques. En 488, marchant sur Rome, sa femme et ses enfants parviennent à le faire changer d’avis. Coriolan ne retournera jamais à Rome.

           Cincinnatus et la dictature

Vers 490, alors que le Sénat se voyait perdre son autorité au détriment du peuple, les sénateurs prétextèrent une situation d’urgence, en l’occurrence une guerre contre les Latins, pour désigner un magistrat temporaire qui aurait un pouvoir au-dessus des consuls. Pour respecter le nouveau droit républicain, ce magistrat devrait être approuvé par le peuple. Il prit alors le nom de magister populi, « maître du peuple », aussi appelé dictator, car en vieux latin, dictateur est aussi un synonyme de « maître ». Le dictateur, à Rome, c’est celui qui a le pouvoir de commander aux autres; il détient l’imperium. Tite Live lui, écrit que le Sénat fut obligé d’avoir recours à un dictateur pour pouvoir contrôler le peuple, et surtout l’obliger à s’enrôler dans l’armée: « Après l’élection du premier dictateur, quand on vit à Rome les haches portées devant lui, une grande terreur s’empara du peuple et le disposa à plus d’obéissance. On ne pouvait plus, comme avec les consuls, dont le pouvoir était égal, chercher un recours auprès de l’un contre l’autre, ou en appeler au peuple; il ne restait d’autre ressource qu’une prompte obéissance » (AUC, Livre II, 18). Selon la tradition, Titus Larcius fut le premier dictateur. Sa magistrature lui conféra le droit de mettre en place une armée efficace car l’autorité du dictateur y régnait en maître. Il remporta ainsi quelques batailles. Une fois la campagne de guerre terminée, celle-ci durant six mois au maximum, le dictateur abdiquait son pouvoir.

Cincinnatus dictateur

En 458, alors que Rome a la maîtrise du Latium, le peuple des Eques envahit son territoire. Le Sénat, dépassé car les Sabins se sont alliés aux Eques, a besoin d’un général. Une délégation se rend chez Lucius Quinctius Cincinnatus pour que celui-ci accepte la dictature. Les sénateurs trouvèrent Cincinnatus en train de labourer son champ. Acceptant la charge, Cincinnatus bat les Eques à la Bataille du Mont Algide en moins de 16 jours, puis il retourna à ses champs.

Suite