10
déc

XI. Lucullus, Pompée et la Troisième Guerre contre Mithridate

   Posted by: lfpncornelius   in

La seconde guerre contre Mithridate (83-81) ne fut en faite que quelques escarmouches entre le roi du Pont et Lucius Licinius Murena, un des légats de Sulla et gouverneur d’Asie. Murena attaqua la ville cappadocienne de Comana que Mithridate refusait de rendre à Ariobarzane.

La troisième guerre débuta en 74. A cette époque, le roi Nicomède IV de Bithynie décède et lègue son royaume à Rome. Mithridate n’attendait que cette occasion pour repasser à l’attaque. En outre, depuis l’Espagne, Sertorius lui reconnaissait la possession de l’Asie s’il l’aidait à vaincre Rome! Mithridate assembla alors son armée de 150 000 hommes et il accusa les Romains « d’avoir un tel désir de puissance qu’ils ont asservi l’Italie et Rome elle-même! » Le roi du Pont passe donc en Bithynie et en chasse le gouverneur Gaius Aurelius Cotta. Lucius Licinius Lucullus est chargé par le Sénat d’en finir définitivement avec Mithridate. Lucullus, l’ancien disciple de Sulla, dispose de cinq légions. Mithridate assiège alors la ville de Cyzique. Le général romain va camper près de sa position afin de lui empêcher toute retraite. Début 72, le roi du Pont renonce au siège de Cyzique et réussit à s’enfuir, non sans que Lucullus ne lui décime son armée. Mithridate se réfugie en Arménie et réclame l’aide du roi Tigrane. En 71, Lucullus, qui a la voie libre, s’empare du royaume du Pont et de la ville de Sinope. En 70, il réorganise administrativement toute l’Asie romaine et demande à Tigrane de lui livrer Mithridate. Cependant, Tigrane refuse, si bien que Lucullus décide d’envahir l’Arménie. En 69, il traverse l’Euphrate et va assiéger la ville de Tigranocerte. Le roi Tigrane ne pouvait laisser faire cela. Il réunit une immense armée pour affronter les Romains. Cependant, Lucullus, très sûr de lui, alla le combattre avec seulement 11000 légionnaires. Les deux armées se rencontrèrent le 6 octobre 69, Lucullus disant qu’il allait « rendre ce jour glorieux aux Romains » et leur faire oublier la terrible défaite d’Arausio contre les Cimbres. A la Bataille de Tigranocerte, les Romains foncèrent sans attendre sur leurs ennemis, des cavaliers tout recouvert d’une lourde armure de fer, qui ne purent manœuvrer. Lucullus mit ainsi facilement en déroute plus de 150 000 hommes. « On dit que le Soleil ne vit jamais une semblable bataille » (Plutarque). Ce fut l’une des plus grandes victoires des Romains. Puis Lucullus fondit sur Tigranocerte et la pilla.

Tigrane et Mithridate

En 68, Lucullus apprit que les Parthes étaient en train de passer une alliance avec Tigrane et Mithridate. Le général romain décida alors de marcher contre les Parthes, mais son armée, fatiguée de combattre, se révolta. Lucullus passa alors en Mésopotamie et prend la ville arménienne de Nisibis. En 67, Mithridate, voyant Lucullus passer l’hiver en Arménie, réussit à reprendre le contrôle d’une partie du Pont! Lucullus arriva trop tard pour sauver les troupes romaines qu’il avait laissées là-bas. En outre, il ne donna pas de sépulture aux légionnaires tombés sur le champ de bataille. Lucullus devient alors très impopulaire et fut ouvertement méprisé par ses propres troupes!

             Pompée contre les pirates

En 67, les pirates, qui pullulent en Méditerranée, interceptent les convois de blé attendus à Rome. Le tribun de la plèbe Aulus Gabinius propose de décerner à Pompée un imperium sur toute la Méditerranée (Lex Gabinia). Pompée choisit ses légats et divise la mer en treize régions. L’affaire est rondement menée. En 40 jours, tous les pirates sont soumis. Pompée les poursuit jusque dans leur repaire, en Cilicie, les capture et les déporte loin de la mer. Les Romains coulèrent ainsi 846 navires, mirent en fuite, tuèrent ou soumirent 12 183 000 hommes, selon une inscription citée par Pline. La Méditerranée est enfin Mare Nostrum (Notre Mer)!

            Lucullus l’épicurien

Pendant la Guerre contre Mithridate, des tribuns de la plèbe à la solde de Pompée le critiquaient ouvertement: « Lucullus continue la guerre, non pour la gloire de Rome, mais pour agrandir sa fortune« . En outre, son propre beau-frère, Publius Clodius complota contre lui, et Lucullus ne fit rien pour arranger ses rapports avec ses subalternes. « Il traitait tout le monde avec mépris » (Plutarque). En 66, par ordre du Sénat, Pompée releva Lucullus de son commandement en Asie. Lors de leur rencontre, les deux hommes s’injurièrent copieusement. « Pompée reprocha à Lucullus son avarice, et Lucullus reprocha à Pompée son ambition, ce à quoi ils avaient raison et l’un et l’autre » (Plutarque). Rentré à Rome, Gaius Mummius, neveu de Pompée et mari de Fausta, la fille de Sylla, s’opposa à son triomphe. Il apprit aussi que sa femme le trompait et il s’empressa de demander le divorce. Il épousa ensuite Servilia, la demi-sœur de Marcus Porcius Cato, qui lui donna un autre fils.

Pompée rencontre Lucullus

En attendant de triompher, Lucullus fit construire et aménager de somptueuses villas. A Tusculum, il fit bâtir une splendide bibliothèque. Dans la baie de Naples, il fit creuser des grottes et des bassins pour ses poissons. Colossalement riche, il n’hésitait pas à payer une statue un million de sesterces! A Rome, il offrit au peuple de somptueux jardins, les Horti Lucullani. Enfin, Lucullus pu célébrer son triomphe en 63, grâce à Cicéron, et il obtint le surnom de Ponticus, soit « celui qui a vaincu les pontiques ». Puis Lucullus passa le reste de son temps entre le Sénat et ses villas. D’Asie, il rapporta la cerise de la ville de Cerasus, et l’acclimata le cerisier en Europe. Il organisa aussi de fastueux banquets. Un jour qu’il dinait seul chez lui et qu’on lui donna un simple souper, il s’offusqua: « Lucullus dîne chez Lucullus! » Mais, fâché avec Caton, il divorça de Servilia et termina ses jours dans la solitude. En outre, Jules César le détestait et en 59, il le força à s’humilier à genoux devant tout le Sénat! Lucullus quitta alors la vie publique. Il mourut en 57 en étant très populaire.

            Pompée conquiert l’Orient

En 66, le tribun de la plèbe Gaius Manilius propose de transférer le commandement des armées d’Orient à Pompée. Lucullus l’accusa alors de s’adjuger seulement les guerres dans lesquelles d’autres généraux ont accompli le plus gros du travail, et d’en récolter les lauriers à la place des autres. Ce qui était la stricte vérité. Arrivé en Asie, Pompée renouvelle l’amitié des Romains avec le roi parte Phraates. En 65, il passe en Arménie et accepte la reddition de Tigrane. Quand le roi d’Arménie se fut prosterné devant lui, Pompée accepta de lui rendre son royaume. Puis Magnus alla combattre victorieusement l’armée de Mithridate. Pensant que la guerre était terminée, Pompée fonda la ville de Nicopolis à l’endroit où il a battu le roi du Pont. En 64, Pompée réorganise tout l’Orient. Le Pont devient une province romaine et Pompée fonda deux villes à son nom: Pompeiopolis et Magnopolis. Le général romain ne cesse de vouloir se comparer à Alexandre le Grand. En 63, Mithridate, réfugié dans le royaume du Bosphore et abandonné par tous, se suicide. La guerre est officiellement terminée.

Au printemps 63, Pompée arrive à Damas pour organiser la Syrie en province romaine. Puis, à l’appel des rois de cette région qui réclament son arbitrage, il passe en Judée en met le siège devant Jérusalem. Après trois mois de siège, les Romains réussissent à s’emparer du Temple. Faustus, le fils de Sylla, est le premier à franchir les murailles. La Judée devient aussi une province romaine.

            Pompée triomphe

En décembre 62, Magnus Pompée débarque à Brindisium. Le Sénat craignait qu’il marche sur Rome et s’empare du pouvoir. Crassus quitta même la ville! Mais Pompée licencia son armée dès qu’il fut débarqué. En 61, il voulut se faire élire consul. Marcus Caton refusa. Pompée tenta alors de le corrompre en demandant à épouser une de ses nièces. Caton refusa encore. Alors Pompée acheta les suffrages pour son protégé Lucius Afranius. Le 28 septembre 61, il célébra son triomphe de orbe terratum, « Sur le monde entier », car il avait vaincu dans les trois parties du monde: l’Afrique, l’Europe et l’Asie. La légende de son triomphe précise: « Après avoir délivré des pirates les provinces maritimes et rendu aux Romains l’empire de la mer, Pompée a triomphé de l’Asie, du Pont, de l’Arménie, de la Paphlagonie, de la Cappadoce, de la Cilicie, de la Syrie, des Scythes, des Judéens, des Albaniens, de l’Ibérie, de l’île de Crête, des Basternes et en outre des rois Tigrane et Mithridate« .

Suite