10
déc

XIV. La Guerre des Gaules

   Posted by: lfpncornelius   in

            La conquête de la Gaule

Fin Mars 58, en Gaule, le peuple des Eduens est menacé par celui des Helvètes. Les Eduens appellent alors en renfort leurs alliés les Romains. Le proconsul Jules César fait détruire le pont sur le Rhône à la hauteur de Genua (Genève) afin d’éviter une invasion. Cependant, les Helvètes et leur chef Orgétorix réussissent à entrer en Gaule en passant par les montagnes. César, avec cinq légions, réussit à les arrêter près de Bibracte. Puis César se dirige vers le nord et stoppe une invasion des Germains et de leur chef Arioviste.

César et Arioviste

En 57, la Gaule Belgique se révolte contre les Romains. César décide alors de conquérir la Gaule. C’est un territoire proche de Rome qui regorge de richesses. Le proconsul soumet les Nerviens. Pendant ce temps, Publius Crassus, le fils aîné de Crassus, conquiert l’Armorique. César va ensuite visiter sa province d’Illyrie. En avril 56, il rencontre Pompée et Crassus en Gaule Cisalpine. Tous trois renouvèlent leur alliance politique. A l’été, Publius Crassus conquiert l’Aquitanie. Pendant ce temps, en Armorique, les Vénètes, le peuple maritime gaulois le plus puissant, se soulèvent contre Rome. Jules César doit intervenir en personne et bat les Vénètes à la Bataille du Morbihan. A la fin de l’année 56, la plus grande partie de la Gaule est passé sous le contrôle des Romains.

En 55, la Lex Licinia Pompeia prolonge l’imperium de César en Gaule pour cinq années supplémentaires. Les Germains tentent à nouveau d’envahir la Gaule. Pour faire cesser ces invasions, César fait construire un pont sur le Rhin et va ravager le territoire germanique pendant 18 jours. A l’été, César envahit la Britanie. Il débarque avec deux légions et une flotte de 80 navires. Les Bretons ne peuvent résister longtemps aux troupes romaines. César hiverne en Gaule et fait construire une nouvelle flotte d’invasion avec 600 navires.

César débarque en Britanie

A l’été 54, César traverse la Manche avec cinq légions. Une armée bretonne se forme sous le commandement de Cassivellaunos. César décide alors d’annexer tout le territoire jusqu’à la Tamise, qu’il traverse pour soumettre les peuples rebelles. Les Bretons, vaincus, sont contraints de réclamer la paix. Pendant ce temps, les Ebruons d’Ambiorix anéantissent les légions de Lucius Cotta, le tuant lui aussi. Puis ils mettent le siège devant le camp de Quintus Cicéron. Jules César parvient à leur porter secours. A Rome, la conquête de la Gaule est très mal perçue par le Sénat alors que le peuple est ravi des exploits guerriers de César.

Début 53, Pompée envoie trois nouvelles légions à César. Celui-ci en a déjà recruté une entière en Gaule Transalpine, qu’il a appelé Alauda. Au printemps, César tient une assemblée de la Gaule à Lutèce. Les Sénons, les Trévires et les Carnutes sont absents. César part immédiatement soumettre les Sénons, alors que son légat Titus Labienus s’occupe des Trévires. Enfin, César s’occupe personnellement d’aller capturer Ambiorix.

            Vercingétorix et Alesia

Alors que César est parti hiverner en Gaule Cisalpine (pour proposer à Pompée d’épouser sa petite nièce Octavia), les Carnutes se révoltent en massacrant les citoyens romains de Cenabum. Chez les Arvernes, le fils de Celtillos pousse son peuple à se révolter. Rapidement, le fils de Celtillos fédère tous les peuples gaulois derrière lui et prend le commandement suprême sous le nom de Vercingétorix. C’est un soulèvement quasi-général de la Gaule contre Rome. A moins de 30 ans, Vercingétorix s’impose comme un chef dur et autoritaire. C’est un véritable rival pour Jules César. Apprenant la révolte, César passe par les Cévennes encore enneigés et tombe sur les Carnutes. La cité de Cenabum est pillée et brûlée. César met ensuite le siège devant Avaricum, dont il réussit à s’emparer. César prend ensuite six légions avec lui pour aller affronter Vercingétorix à Gergovie. Cependant, César n’arrive pas à s’emparer de l’oppidum et il doit se replier.

César sonne la retraite à Gergovie

Pendant ce temps, Labienus est repoussé à Lutèce par le chef Camulogène et Vercingétorix tente de barrer la route aux Romains sur le territoire des Lingons. Cependant, César met les Gaulois en déroute grâce à sa cavalerie germaine. Vercingétorix décide de se replier sur l’oppidum d’Alesia en attendant des renforts; il a près de 100 000 soldats avec lui. César fait immédiatement construire un long mur de 16 km et met le siège devant Alésia. Craignant l’arrivée des renforts gaulois, César établit une contrevallation de 21 km pour protéger son armée. Six semaines plus tard, l’armée de secours arrive. Les Gaulois attaquent ainsi en même temps de l’intérieur et de l’extérieur. Les Romains cédant du terrain, Labienius, César, puis enfin la cavalerie germaine, doivent intervenir. Les Gaulois sont ainsi refoulés puis massacrés. La victoire de Jules César est complète. Le lendemain, Vercingétorix se rend à César.

Vercingétorix se rend à César

Après Alésia, Jules César passe l’hiver à Bibracte où l’on dit qu’il rédige De Bello Gallico, « la Guerre des Gaules ». En 51, César marche sur les Biturges, soumet les Bellovaques, et prend Uxullodunum. A la fin de la guerre, le bilan est terrible pour la Gaule: 800 villes prises d’assaut, 300 peuples soumis, un million de gaulois tués, un autre million réduit en esclavage! La plus terrible guerre de conquête de l’Antiquité…

Suite