10
déc

L’économie

   Posted by: lfpncornelius   in

Sous la République, l’Etat ne tient jamais de compte précis de ses finances. Les principaux revenus proviennent du butin des conquêtes et des impôts des provinces et des alliés. Les dépenses sont surtout affectées à la guerre.

            Les recettes de l’Etat

– Les impôts: le tributum, demandé occasionnellement pour financer les guerres, est supprimé en 167 av jc après que Paul Emile Macedonicus ait ramené de Macédoine un butin considérable.

– La dîme (vectigal): prélevée sur les non-citoyens, les provinciaux, les alliés, c’est-à-dire auprès de tous ceux que les Romains ont soumis.

– Taxes spéciales: en tout genre (sur les affranchissements, le célibat, transaction…)

– Revenus du domaine public (ager publicus): c’est l’ensemble des biens immobiliers dont l’Etat est le propriétaire. Cela concerne les terres en Italie, cultivées ou utilisées pour le pâturage, les mines, les terres conquises dans les provinces, les droits de douanes, les locations sur les lieux publics.

– Ressources extraordinaires: butin de guerre et confiscation de terre  et/ou de biens.

Les diverses recettes de l’Etat

          Les dépenses de l’Etat

– Les dépenses militaires

– Le culte public (temples et prêtres)

– Les fonctionnaires et employés administratifs (généralement des esclaves publics)

– Les indemnités des magistrats

– Les travaux publics: entretien des bâtiments, de la voirie, construction de route, d’aqueduc, etc.

– Les distributions de blé au peuple

          L’administration des finances publiques

C’est le Sénat qui gère le budget de L’Etat. Il est assisté des censeurs et des questeurs. Le trésor de l’Etat est conservé dans le Temple de Saturne.

Des fermiers généraux (publicani) se font adjuger tous les 5 ans par les censeurs la levée des impôts. C’est un système très particulier: les publicains avancent à l’Etat la somme à percevoir et ensuite, ils se chargent de se faire rembourser par les contribuables. Les publicains sont généralement des chevaliers. Ils sont très organisés, disposent de beaucoup d’hommes de mains, et pressurisent d’impôts les provinces pour s’enrichir.

            Les banques

A Rome, les banques sont privées. Les banquiers sont appelés argentarii. Cependant, leur profession est régulée par l’Etat et leurs comptes soigneusement contrôlés. Un banquier s’occupait d’accorder des prêts, du change des monnaies, de gérer ses dépôts. Mais la spéculation existait, notamment sur le cours des changes et le taux d’intérêt des dettes à rembourser. Les banquiers étaient tous des chevaliers et se devaient d’avoir bonne réputation. Si l’un d’eux faisait faillite, il perdait ses droits civiques.