7
déc

L’Agriculture

   Posted by: lfpncornelius   in

L’agriculture et l’élevage sont à la base de l’économie et de la société romaine sous la République. Les sénateurs possèdent tous de grandes propriétés (latifundia) dont ils tirent leurs principaux revenus. Cependant, la question des terres pour la plèbe demeure au centre de la vie politique. A la fin de la République, les tribuns de la plèbe et les généraux octroient de nombreux lopins aux plus pauvres et aux légionnaires démobilisés.

            Les techniques agricoles

Pour labourer les terres, les paysans romains utilisent la charrue (aratrum) trainée par un ou deux bœufs portant le joug. Les techniques utilisées pour améliorer le rendement des terres cultivables sont bien évoluées. Les Romains pratiquent l’assolement (alternance de culture sur la même terre selon les années) et la jachère (terre au repos pendant un an). Ils utilisent aussi plusieurs engrais: le fumier, la cendre, certaines plantes et même du nitrum (carbonate de soude).

Un laboureur

            Les différentes cultures

Les Romains cultivent surtout des céréales qui sont à la base de l’alimentation: blé d’épeautre (far), blé avec épis (frumentium) et l’orge. Au IIème siècle, la production de céréales est très abondante. Cependant, les petits fermiers disparaissent peu à peu et le blé consommé à Rome provient désormais de la province de Sicile, ou d’Egypte en cas de pénurie.

Les légumes sont beaucoup consommés, mais les variétés sont pauvres: fève (faba), lentille (lens), chou (brassica), rave (rapa), poireau (porrum) et pois chiche (cicero).

Les fruits consommés: figue, raisin, pommes, poires et mûres sont les plus courants.

La vigne: la production viticole romaine et italienne se consomme et s’exporte. La consommation de vin des Romains est très importante (environ 100 litres de vin par an et par personne à la fin de la République). Le vin produit ressemble à une liqueur et il faut le couper d’eau pour le consommer. Les grands crus: le Falerne (vin de Campanie), le Massique (produit au nord de Naples), le Cécube (vin du Latin) et le Mamertin (produit en Sicile). A partir du IIème siècle, les Romains importent aussi du vin de Grèce, tandis que des plantations viticoles apparaissent en Espagne et en Gaule.

Le foulage du vin

L’huile d’olive est très consommée à Rome. L’olive figure au menu de beaucoup de repas, tandis que l’huile sert aussi bien à la préparation des plats que dans les lampes. A partir de la conquête de l’Afrique, les anciennes terres agraires puniques se transforment en vaste oliveraies.

Le lin et le chanvre servent surtout à la confection des vêtements.

Le miel, seul source de sucre, est aussi très utilisé. La cire d’abeille sert en outre à la confection des tablettes et à l’entretien des sols.

            L’élevage

Dès les débuts de Rome, l’élevage tient une place importante. Les premières tribus sont pastorales et la fortune est basée sur la possession de têtes de bétail (pecunia). L’élevage le plus pratiqué est celui des moutons, dont les Romains tirent la laine pour leurs vêtements. Les chèvres sont conduites aux pâturages et leur lait est très consommé. Les porcs sont sauvages. Les bœufs, chevaux, mules et mulets, servent au trait et au transport. Les vaches servent à la confection des fromages. Enfin, les poules et les animaux de basse-cour apparaissent plus tardivement. Les œufs sont consommés en hors d’œuvre.