7
déc

L’industrie

   Posted by: lfpncornelius   in

Dès l’époque de la royauté, les artisans romains sont divisés en corporation. Au fur et à mesure des conquêtes, l’artisanat romain se diversifie, les marchés augmentent et la production s’industrialise.

            Les corporations de Numa

Dès le début du VIIème siècle, le roi Numa Pompilius a déjà regroupé les principaux artisans en 9 corporations et selon un ordre hiérarchique: 1. Les musiciens; 2. Les orfèvres; 3. Les ouvriers du bâtiment; 4. Les teinturiers; 5. Les cordonniers; 6. Les tanneurs; 7. Les forgerons; 8. Les potiers; 9. Les autres corps de métiers.

Ces corporations régulent la vie des artisans. Chaque corporation est placée sous le patronage d’une divinité. Ils ont leurs jours de congés spécifiques, leurs jours de fêtes, leurs rituels de funérailles et leurs règles de travail.

            L’esclavage

Si le rendement des esclaves est 50% moins important que celui d’un homme libre, les Romains préfèrent utiliser en abondance les esclaves et les affranchis dans la production industrielle. D’autre part, le travail manuel est considéré comme dégradant pour le citoyen. Ces deux facteurs font que l’amélioration des techniques de production n’a que très peu intéressés les Romains. L’esclave se substitue à la machine dans la plupart des métiers. Les meules et les roues sont tournées par les esclaves, les tissus foulés par les pieds des esclaves, etc.

Un marché aux esclaves

            Les principales industries

Les Romains sont très terriens et conservateurs, si bien que leurs industries stagnent et qu’en outre, ils absorbent peu les techniques des peuples conquis, préférant importer les productions. Par exemple, les chars sont importés de Gaule et le glaive a été emprunté aux espagnols. En outre, les Romains n’utilisent pas les fers pour les chevaux, ni le moulin à eau.

– Les mines: l’industrie minière est l’une des plus importantes. Avec la multiplication des guerres, il faut payer les soldats. D’autre part, les campagnes politiques coûtent chers et les magistrats, presque toujours à court d’argent, cherchent sans cesse divers moyens de s’enrichir. Posséder une ou des mines est un gage de puissance et de pouvoir pour un sénateur. Mais les mines intéressaient aussi les chevaliers, qui s’organisaient en société de publicains pour les exploiter. On trouve des mines en Italie, en Macédoine et surtout en Espagne. La région de Carthagène était célèbre pour le plomb et l’argent. Le sud de l’Espagne possédait aussi des mines d’or et de cuivre.

– La métallurgie: le minerai de fer est le plus souvent trouvé à l’état naturel. Il est ensuite extrait grâce à un chauffage au charbon de bois. Les forgerons fabriquent ensuite une multitude d’objets: tout d’abord, les épées, les cottes de maille, les pointes de lance et tout le matériel militaire. Puis des haches, des marteau, des outils agricoles, des clous, les cerclages des roues, de la vaisselle, des clés, etc. Les forgerons travaillent aussi le cuivre et le bronze.

– La plomberie: les Romains ont développé des systèmes d’arrivées et d’écoulements des eaux grâce à l’utilisation de tuyaux en plomb dans les égouts, les fontaines et les maisons. Toutefois, la plomberie ne se développe pas avant la fin du Ier siècle.

-Industrie du bâtiment: les carrières de pierres sont nombreuses, notamment en Etrurie. Les pierres servent à la construction des routes et des bâtiments. Les pierres sont taillées en gros bloc, liées avec du ciment, puis enduites de stuc. Sous la République, le marbre est importé de Grèce.